Vous savez, quand un met est moins goutu que de l’eau minérale, nous parlons de ceux qui appartiennent à la famille du Fade. Il y a toujours où un soupçon de saveur mais il est tellement minime qu’il est comme un écho qui nous parvient de loin. On le perçoit, on le devine, il y a bien quelque chose qui se tâte et pourtant il est difficile de le décrire. Pas de sens, pas de quête, pas d’émotion. Eh bien le dragon fruit c’est ça : un écho dans ton gosier qui va s’éteindre dans les profondeurs de ton estomac sans laisser d’explication logique à son utilité. Son goût c’est comme le pâle reflet de quelque chose qui a été mais qui n’est plus que le reflet de son ombre. Le dragon fruit à un Goût fantôme.

Dragon Fruit en premier plan

Enquête sur l’existence du Dragon Fruit

J’ai d’abord pensé que le dragon fruit était l’ancêtre du chewing-gum dans des temps pas si reculés que ça. Le principe est le même, tu mâchouilles. Ça ne sert à rien à part t’occuper la mâchoire et berner ton estomac en cas de petit creux. Quoique le chewing gum a le mérite d’avoir une jeunesse avec vrai Goût en tout début de mastication alors que le Dragon Fruit est un véritable Benjamin Button.  Il est né fané.  Mais ce qui met vraiment la puce à l’oreille pour affirmer que le Dragon Fruit et le chewing-gum ont un lien de parenté évident, c’est que tout deux ont un je ne sais quoi d’addictif qui fait vriller complètement toutes les logiques de notre monde culinaire.  Leur Goût fantôme pousse à continuer à le mastiquer, donnant l’étrange impression que si l’écho du Goût est perceptible c’est qu’il doit bien y avoir une raison à sa présence, ici, dans ton palais. Il faut juste trouver laquelle. Alors on mastique encore et encore comme si on allait bien finir par comprendre ce quelque chose trop fébrile pour être le Goût mais qui vient de la même famille. Ça s’appelle le Fade. Drôle de personnage le Fade. Il est perturbant. Nous n’y sommes pas habitué au Fade en réalité. C’est un peu comme un ado en pleine crise existentielle qui te répond que à coup de balbutiements. On ne comprend pas, la logique évolutive n’as pas sa place ici. 

Une réaction instinctive est de se dire que peut être, pourquoi pas soyons fous, qu’en fournissant l’énergie nécessaire pour lever le voile de la Timidité, on pourra l’apprivoiser et gommer le Fade ? Ça marche peut être avec les ados mais pour le dragon fruit c’est peine perdue, autant le laisser pourrir tout de suite. 

Néanmoins, à force de vouloir séduire le Fade, on finit aisément sa portion de Dragon Fruit comme on avale son chewing-gum par mégarde, l’esprit divaguant, flottant dans des pensées cherchant le sens de l’univers.

Pourquoi le Dragon Fruit ? Certainement pas pour son goût.

Note d’attention :  Le seule point positif du Dragon Fruit c’est qu’à la différence du chewing-gum, le Dragon Fruit ne comporte pas de risque de flatulence post masticage.

Le plaisir des yeux 

Enfaite le Dragon Fruit est d’un naturel sexy. Il suffit de le voir sur une étale pour qu’on soit immédiatement attiré par sa couleur rose vif et sa peau ornée d’épines , celles qui lui prodiguent la similarité exotique d’une belle rose rouge bien charnue. Beau, charmant, intriguant et pourtant avec un zeste de mordant. Le Dragon Fruit semble avoir du caractère. Et puis ce n’est pas donné à tous les fruits de s’appeler Dragon, auditivement parlant, ça en jette. On a envie d’y gouter, c’est sexe comparé à ses compères asiatiques comme l’ananas qui semble se coiffer avec un pétard tous les matins, la mangue qui ressemble à un crâne d’oeuf, où la banane qui ressemble à une banane.

Le Dragon Fruit pour la fin

Salade de fruits toute jolie

Il est aussi et surtout un très bon allié pour sublimer les plateaux de fruits d’Asie. Avec de le mangue, de la papaye, de l’ananas et de la banane, les 50 nuances de jaunes tous les matins dans ton assiette deviennent vites ennuyantes. Délicieuses mais ennuyantes. Mais LA bam, la carte Dragon Fruit est systématiquement sortie. Avec sa chaire blanche ou rouge sang immaculée de petit grains noirs, visuellement ça produit l’effet escomptée, la pupille en est immédiatement stimulée. 

Vous le voyez dépasser du bout de son nez ? Il se cache le coquin

Note au consommateur : Si on prend le Dragon Fruit rouge en premier, le plus Fade, le Dragon Fruit blanc semble soudain avoir un goût proche du sucré. Observation confirmée par les 5 testeurs de cette assiette.

Tout compte fait, on ne trouvera le Dragon Fruit que dans les salades de fruits. Alors que les autres fruits ; de la fameuse papaya salad aux stands de bananes frits et les découpes stylisées d’ananas, tous ces fruits exotiques que vous pourrez trouver en Asie mènent au moins une double vie en dehors d’être un composant de la salade de fruits. Et le Dragon Fruit ? Même les vendeurs de fruit shake au 10 parfums différents n’en veulent pas.

Le Dragon Fruit c’est incontestablement de l’exotisme visuelle.
Consommé seul, il n’apportera que déception, frustration et incompréhension.
A éviter.